mercredi 3 août 2016

Les dames à la licorne



Titre : Les dames à la licorne
Auteur : René Barjavel et Olenka De Veer
Éditions : Pocket
Nombres de pages : 411

Une terre de légendes : l'Irlande.
Un descendant de roi, chef rebelle en fuite Hugh O'Farran. Une jeune sauvageonne au prénom étrange : Griselda... Griselda qui rêve, en cette fin du XIXe siècle, d'un destin extraordinaire loin de cette île de Saint-Albans où elle vit avec ses quatre soeurs et ses parents...
Voici les personnages principaux d'un magnifique roman d'amour inspiré d'une histoire vraie. Une histoire qui pourrait commencer par "Il était une fois cinq filles dans une prison d'eau..." tant elle a la beauté et le mystère d'un conte...

Mon avis :

Envie de roman qui se passe en Irlande, alors quoi de mieux que Les dames à la licorne ?
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre pourtant j'avoue être déçue.
J'ai mis énormément de temps à rentrer dans l'histoire, à savoir même où on allait, j'ai bien failli l'abandonner, mais j'ai tellement abandonner de romans en ce moment que je me suis que ça n'en ferai pas un de plus !
J'ai bien fait, une fois qu'on rentre dans le "présent" dans l'histoire en elle-même, j'ai plutôt bien apprécié, l'écriture était très jolie, poétique, je commençais à m'attacher à Griselda.
Ceci dit, l'histoire en elle-même était sympathique mais par moment je lisais à la va vite, je n'étais pas dedans, je ne sais pas, je n'arrive pas à trop savoir ce que j'ai ressenti de cette lecture..
De plus, je m'attendais à être plongée dans les décors de l'Irlande mais j'ai été un peu déçue de ce côté-ci également, néanmoins, c'est cette Irlande, son vent, sa météo qui m'a fait rester dans l'histoire. Bon j'avouerais que je m'étais un peu attachée à Griselda, à son histoire d'amour, et à ses soeurs également, mais malgré ça ce n'est pas une lecture qui m'aura marqué. Et j'en suis triste car je pense être passé à côté de quelque chose.. Peut être que je le relierais dans plusieurs années et que j'aurai la fameuse révélation !

3/5


Aucun commentaire:

Publier un commentaire